Enfin du bon sens sur le thème de l'anchois

Il y a quelques jours, la Commission européenne a pris la décision de fermer la pêche cantabrique jusqu'à la fin de l'année. Il ne reste plus qu'à dire "il était temps". Cela fait deux ans de suite avec un campagne d'anchois désastreuse. Les pêcheurs de Cantabrie eux-mêmes ont demandé à plusieurs reprises l'interdiction de pêcher cette espèce, bien que, pour des raisons qui me manquent, les pêcheurs français semblent être d'un autre avis.

Pour ma part, je partage l’avis des représentants des organisations de défense de l’environnement qui demandent que «des critères scientifiques clairs soient définis» pour décider du moment où l’interdiction pourra être levée. Il semble bien évident que cette espèce, du moins dans cette région du monde, est gravement menacée et que la décision de continuer ou non de pêcher ne peut être que politique.

Si la décision de fermer le lieu de pêche n’est pas prise, il est fort probable que nous finirions tous par ne manger que des chovas pendant une période plus ou moins longue.